Aller à la navigation

Blog

Retour à l’accueil

08 Mar 2021

Journée internationale des femmes : portraits de femmes FINAXYS

A l’occasion de la journée internationale des femmes ce 8 mars 2021, FINAXYS dresse le portrait de 3 femmes qui portent chaque jour nos valeurs, nos expertises et font notre force.
C’est avec fierté que nous leur donnons la parole pour délivrer des témoignages inspirants sur leur expérience et partager leur vision de la place des femmes dans l’IT.

 

POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI D’EXERCER VOS METIERS ?

Sirine BEJI – Ingénieur DevOps FINAXYS : Devenir Ingénieur DevOps, ce n’était pas le métier dont je rêvais lorsque j’étais enfant. Tout d’abord parce que le mot DevOps n’existait pas encore !
Tout a commencé avec mon intérêt profond pour les mathématiques. Je trouvais un vrai plaisir à chercher des solutions aux problèmes que l’on m’exposait : c’était pour moi comme un jeu qu’il fallait résoudre et qui stimulait mon cerveau. D’un autre côté, j’étais comme n’importe quelle jeune fille de ma génération attirée par la technologie et par l’apparition fulgurante d’applications aussi impressionnantes les unes que les autres. C’était certainement un domaine qui façonnait mon présent et qui allait dominer mon futur : je voulais faire partie de ceux qui pourraient comprendre ce domaine et pourquoi pas un jour apporter ma pierre à l’édifice. C’est ainsi que j’ai réuni deux passions en une seule orientation : devenir ingénieure en informatique. J’étais à la fois exposée à des algorithmes qui demandent une certaine logique et un certain raisonnement mathématique et je ne pouvais pas être plus proche de la technologie. J’avais entamé alors mes études en classes préparatoires, puis en école d’ingénieurs. C’est en deuxième année que je suis entrée dans le monde du DevOps en choisissant un projet qui consistait à monter un Cloud privé. Dès lors, j’ai commencé à m’intéresser aux outils qui entouraient le Cloud et j’ai découvert tout un univers, en perpétuel mouvement !
« Je ne m’ennuierai jamais » : voilà ce que j’ai pensé lorsque j’ai eu conscience de l’évolution si rapide des outils et des technologies. Aujourd’hui, et après 3 années d’expérience, je le pense toujours. Je réfléchis toujours à automatiser tout ce que je peux afin d’apporter rapidité et stabilité sur les applications que je gère. Je maintiens également l’infrastructure de ces applications jusqu’en production, ce qui demande beaucoup de responsabilités. Le DevOps est une culture avant d’être un métier, et je m’applique à la cultiver et la partager autour de moi.

Yousra BOUSSEKRI – Business Analyste FINAXYS : Lorsque j’étais étudiante, les métiers de l’IT étaient très accrocheurs, j’ai rapidement fait le choix de m’orienter vers une formation dans l’informatique ! Ainsi, après l’obtention de mon baccalauréat en sciences mathématiques, j’ai intégré les classes préparatoires aux grandes écoles. J’ai été confrontée à de nombreux cours de mathématiques et physiques et je me suis interrogée sur la manière d’appliquer ces connaissances dans le milieu professionnel. A ce moment-là, j’étais attirée vers le métier de développement car je me révélais dans les cours d’informatique, principalement d’algorithme et de langage « C », pour résoudre des problèmes. Puis lors de mon parcours en école d’ingénieure, j’ai découvert ma préférence pour les phases d’analyse et de cadrage de projet, ce qui m’a orienté vers le métier de Business Analyste.
Aujourd’hui, j’ai la double casquette Chef de Projet et Business Analyste pour mener le projet réglementaire ISO20022 concernant les paiements au sein d’une banque d’investissement. Cela implique le suivi du projet mais surtout l’analyse et la production de spécifications pour répondre au besoin interne et réglementaire.
C’est un métier qui demande de grandes capacités relationnelles car le Business Analyst est amené à travailler à la fois avec les équipes du métier pour récolter le besoin, et celles des développeurs pour retranscrire la demande. J’exerce ce métier depuis 4 ans chez FINAXYS, et j’y trouve du sens notamment dans le lien que j’entretiens entre les équipes !

Islame JEBBARI – Release Manager FINAXYS : J’ai toujours souhaité travailler sur des grands projets, me rendre visible et rencontrer des équipes. En tant que Release Manager, j’aide les équipes IT à avoir une production la plus stable possible, sans incident ni perturbation. On pourrait me qualifier de « gendarme de la production » car cela demande d’avoir l’œil sur tout ce qui pourrait avoir un impact sur la chaîne de production. J’ai donc une large visibilité sur tous les périmètres de production et les applications critiques pour la banque d’investissement. C’est un rôle très sensible et particulièrement intéressant tant sur les aspects de la production, du métier que sur les chaînes applicatives critiques et leur fonctionnement.
C’est aussi un métier qui me permet de développer mon relationnel et gagner la confiance de tous mes interlocuteurs. J’ai eu la chance de travailler sur un grand projet de transformation de Datacentre, un chantier durant lequel j’ai pu développer mes connaissances techniques, découvrir la gestion de projet IT et étendre mon relationnel. Ce qui m’intéresse dans ce métier, c’est de travailler sur des sujets centraux et transverses à de nombreux métiers, et ce, dans un environnement de travail très large et reposant sur différentes applications. Le choix de devenir Release Manager tient donc en partie de ma personnalité très sociable et mon goût pour le challenge !

 

COMMENT VOUS SENTEZ-VOUS EN TANT QUE FEMME CHEZ FINAXYS ?

Sirine BEJI – Ingénieur DevOps FINAXYS : Hélas, nous vivons dans une société où l’on doit s’assurer que les droits des femmes sont respectés, et c’est important de le faire tant que ces droits restent fragiles. Alors, en attendant ce jour où les femmes n’auront plus à s’inquiéter, je peux assurer que je me sens épanouie et respectée en tant que femme chez FINAXYS. Je suis principalement en mission chez le client mais j’ai intégré FINAXYS dans le cadre de l’Academy où j’ai fait un mois d’incubation au siège avec les équipes. A travers cet onboarding, on découvre la vraie nature qui compose le noyau de l’entreprise : un noyau où l’on se respecte toutes et tous et où femmes et hommes marchent à pas égaux. D’ailleurs, j’ai pu constater que c’était le même combat pour les hommes au sein des Ressources Humaines où ils sont minoritairement représentés 😉

Yousra BOUSSEKRI – Business Analyste FINAXYS : Mon premier poste était orienté technico fonctionnel au regard de ma formation, mais j’ai su rapidement m’imposer et démontrer mes capacités pour le poste de Business Analyste, plus en phase avec mes aspirations. Cela tient de ma détermination et ma persévérance pour atteindre mes objectifs. C’est important en tant que femme notamment dans le domaine de l’IT qui reste principalement dominé par les hommes. Pourtant les femmes tirent des capacités complémentaires à celles des hommes pour concevoir un service ou un produit informatique : la parité dans ce domaine est une combinaison gagnante ! Malheureusement, les femmes ne sont pas suffisamment encouragées. « Fais des études simples car 5 ans d’études c’est long », « Trouve un job qui ne prend pas tout ton temps si tu veux avoir une vie privée » sont des phrases que j’ai pu entendre de mon entourage. Il ne faut pas se laisser décourager avec les limites que nous imposent la société. Personnellement, j’ai fait le choix de m’écouter et je ne le regrette pas : j’ai ma place dans l’IT, et les « Finaxiennes » sont toujours à mon écoute et prêtes à trouver des solutions pour m’accompagner dans ce parcours.

Islame JEBBARI Release Manager FINAXYS : Je me sens comme une femme libre et autonome, ma voix est entendue et respectée. FINAXYS était toujours pour moi un accueil et un véritable accompagnement avant tout. FINAXYS it’s not only a Company, but first a Home.

 

POURQUOI, SELON VOUS, LES METIERS DE L’IT PEINENT A ATTIRER LES TALENTS FEMININS ?

Sirine BEJI – Ingénieur DevOps FINAXYS : Je pense que les jeunes femmes s’orientent de moins en moins vers des études menant à des métiers dans l’IT parce que la société a longtemps cultivé le stéréotype de l’informaticien. Nous avons tous cette image du geek attiré par les jeux vidéo, qui reste des heures cloîtré dans sa chambre à programmer ou à démonter son ordinateur. J’imagine que la plupart des jeunes filles ne se retrouvent pas dans cette description et peuvent se trouver illégitimes d’accéder à un tel métier. Ce qui pourrait expliquer pourquoi une jeune femme avec un parcours scientifique et de bonnes notes dans des matières qui forment la base de l’informatique pourrait préférer s’orienter vers la médecine par exemple, plutôt qu’une école qui mènerait à un métier dans l’IT.
Les stéréotypes et les codes sociaux sont des détails qui peuvent faire la différence dans un choix d’orientation à mon sens. Evoluer au sein d’un univers composé majoritairement d’hommes peut-être un frein ! Comme avoir le sentiment – fondé ou non – qu’il faut faire plus d’efforts pour s’affirmer, s’imposer et être écoutée. Il y a certainement d’autres raisons quant au fait que la plupart des femmes ne choisissent pas l’IT, mais je suis convaincue qu’il y a des solutions pour changer leur regard sur ce domaine !

Yousra BOUSSEKRI – Business Analyste FINAXYS : De mon point de vue, il y a peu de femmes qui ont accès à la formation dans le domaine de l’IT. En ce qui concerne le monde du travail, il n’est pas non plus évident de se retrouver dans une équipe à majorité masculine. Selon les pays et les traditions, il y a aussi parfois une pression sociale sur les femmes pour choisir un métier qui permet d’allier travail et la vie de famille.
Pourquoi l’IT peine à attirer les femmes ? Je ne saurais trancher sur cette question aux multiples hypothèses, mais sans aucun doute que la disparité des genres dans le domaine fait que les jeunes filles manquent de modèle dans l’IT aujourd’hui.

Islame JEBBARI – Release Manager FINAXYS : Je pense que l’image de geek porte préjudice au secteur de l’IT pour recruter les femmes. Pourtant, les métiers de l’IT sont vastes et il ne s’agit pas seulement de devenir « codeur » lorsque l’on s’oriente vers des études informatiques !
Si les femmes sont peu présentes dans l’IT, c’est donc certainement dû à un manque d’information sur les opportunités du secteur. L’informatique n’est pas une matière enseignée au collège, alors que nous évoluons dans un monde de plus en plus numérique et digitalisé. Au cours des années, plusieurs métiers sont venus enrichir la diversité de ce secteur : des métiers proches de la finance (business analystes, les responsables des applications), de l’ingénierie et l’administration des réseaux, des systèmes d’informations (chefs de projets, PMO), de l’agilité (Coach agile, Scrum master) etc. L’informatique a aujourd’hui envahit tous les secteurs d’activité avec des métiers qui ne cessent d’évoluer et je suis persuadée qu’une femme peut s’y épanouir aisément. La faille, à mon sens, se trouve dans le manque de sensibilisation destiné aux femmes pour comprendre la diversité des métiers de l’IT.

 

QUELLES SERAIENT LES PISTES D’AMELIORATION QUE TU PRECONISERAIS POUR ENCOURAGER LA DIVERSITE ?

Sirine BEJI – Ingénieur DevOps FINAXYS : A mon avis, il y a deux acteurs dans cette équation : la femme qui doit s’ouvrir à ces métiers et la société qui doit offrir le terrain pour garantir cette diversité.
Pour le premier plan, on pourrait imaginer des initiatives pour inciter les jeunes filles à s’orienter vers d’autres domaines dans lesquelles les femmes sont peu présentes. Et ce, en leur expliquant les spécificités de ces métiers afin de remédier aux clichés et préjugés qu’elles auraient absorbés et permettre une projection plus réaliste et attractive.
Pour le second plan, il y a un travail nécessaire pour faire évoluer les mentalités. A commencer par repenser les idéologies dans les livres, publicités, séries et autres médias qui conditionnent notre esprit. C’est donc un parcours long et complexe pour amener à un changement de l’inconscient collectif, mais la société semble doucement avancer dans ce sens.

Yousra BOUSSEKRI – Business Analyste FINAXYS : La société a un rôle fondamental pour encourager la diversité. Au-delà des entreprises du secteur, tous les prescripteurs (parents, enseignants, conseillers d’orientation etc.) doivent être conscients de leurs responsabilités pour véhiculer un message d’ouverture sur ces sujets.
Plus concrètement, les femmes dans l’IT doivent être davantage valorisées : c’est toujours encourageant d’avoir des modèles féminins pour s’identifier à elles et servir d’exemples aux plus jeunes.

Islame JEBBARI – Release Manager FINAXYS : Cela pourrait se faire sur les deux échelles académiques et professionnelles. Il faudrait que les institutions éducatives mettent davantage en valeur les différents métiers de l’informatique et leurs perspectives d’évolution.
Dans le milieu professionnel, Il faut bien entendu favoriser la diversité à l’embauche et encourager les femmes qui débutent leur carrière. C’est aussi la responsabilité de l’entreprise que de les accompagner dans ce parcours, à travers la formation par exemple, pour construire une carrière dans l’informatique.

 

QUELS CONSEILS DONNERAIS-TU A UNE JEUNE FEMME QUI SOUHAITE REJOINDRE CET UNIVERS PROFESSIONNEL ?

Sirine BEJI – Ingénieur DevOps FINAXYS : À cette femme, je lui dirais que rien ne doit l’arrêter, qu’elle mérite sa place dans ce monde, que cet univers est extrêmement intéressant, vaste et stimulant et qu’il lui plaira très certainement. Et que nous avons toutes besoin d’elle pour mieux représenter les femmes dans l’IT !

Yousra BOUSSEKRI – Business Analyste FINAXYS : Je pense qu’il faut se battre pour ce que l’on veut et ne pas se fixer de limite si nous sommes convaincues que c’est notre chemin. Il n’y a pas absolument aucune raison pour qu’une femme échoue dans l’IT. L’épanouissement dans son travail doit être considéré comme une priorité. Je conseillerais à cette femme d’être proactive afin de se renseigner et se former si cela peut-être un tremplin pour atteindre ses objectifs.

Islame JEBBARI – Release Manager FINAXYS : Je lui conseillerais de cultiver sa curiosité car l’informatique ne cesse d’évoluer. De travailler sa communication et développer son relationnel qui seront une réelle force dans son quotidien. Et surtout, de ne pas avoir peur de s’affranchir et de réussir dans une industrie dominée par les hommes, car les informaticiennes sont des femmes intelligentes et inspirantes qui ont su montrer leur capacité à mener les challenges, et qu’elle en fera certainement partie !

 

QUELLES SONT LES SOURCES D’INFORMATIONS AUTOUR DE LA FEMME QUI VOUS INSPIRENT ET QUE VOUS SOUHAITEZ PARTAGER AVEC NOUS ?

Sirine BEJI – Ingénieur DevOps FINAXYS : De nombreux livres et films ont bercé ma jeunesse et qui, sans aucun doute, ont donné naissance à des sentiments et des valeurs auxquels je tiens. Il y en a tant, mais je vous partage ceux qui m’ont le plus marqué :
• Des classiques de la littérature arabe : des écrits de Nawal Saadani, des personnages de livres de Gibran Khalil Gibran.
• Des écrits de la littérature française : Madame Bovary de Gustave Flaubert et Eugénie Grandet d’Honoré de Balzac.
• Des écrivaines : George Sand et Simone de Beauvoir (en particulier avec son essai « Le Deuxième Sexe »).
• Des films inspirés de livres : « Jamais sans ma fille » de Brian Gilbert, « Le Sourire de Mona Lisa » de Mike Newell, « Les suffragettes » de Sarah Gavron et « La couleur des Sentiments ». de Tate Taylor.
• Des magazines comme Mediapart ou des chaînes de télévision comme Arte pour leurs investigations en général et les sujets relatifs à la place des femmes.
Il est également intéressant de visionner les archives de l’INA depuis l’apparition de la télévision avec des témoignages de femmes au quotidien : cela nous fait prendre conscience du progrès sur la place des femmes dans la société, et nous encourage à penser que d’autres changements plus spectaculaires auront lieu dans l’avenir ! 🙂

Yousra BOUSSEKRI – Business Analyste FINAXYS : Pour rester dans le domaine d’IT, je conseille une vidéo (20 minutes) d’une conférence de la militante Caroline CASEY « Regarder plus loin que les limites », disponible sur internet. Elle raconte l’histoire de sa vie extraordinaire, dans un discours qui défie les perceptions, et nous demande à tous d’aller au-delà des limites que nous pouvons penser avoir et de croire en soi.

Islame JEBBARI – Release Manager FINAXYS :
• Le film « La source des femmes » : Le film raconte l’histoire de femmes qui se battent contre la sujétion religieuse et machiste. Cela se passe de nos jours dans un petit village, quelque part entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Les femmes vont chercher l’eau à la source, en haut de la montagne, sous un soleil de plomb, et ce depuis la nuit des temps. Une jeune mariée, propose aux autres femmes de faire la grève de l’amour : plus de câlins, plus de sexe tant que les hommes n’apportent pas l’eau au village.
• Le journal « La Voix des Femmes » : il contient les discours des femmes qui ont marqué l’histoire et dont certains sont toujours d’actualité.
• Le livre « Femmes libres » d’Aurine Crémieu et Hélène Jullien, journalistes et membres d’Amnesty International : il raconte le combat et la lutte de femmes de toute nationalités pour la liberté, à travers des portraits où la parole de chacune a un goût de force et de liberté.
• Le documentaire vidéo sur le portrait d’Angela Merkel, « la femme la plus forte du monde », disponible sur Youtube.

 

—–

Remerciements à Sirine, Yousra et Islame pour leurs témoignages. 

Share our news :

-